menu

Consortium 12-12

Optimaliser les moyens pour une aide rapide et efficace

Actions précédentes

haiti-lavi-1212

Haïti, 6 mois plus tard: réalisations et défis
08/01/2010

La solidarité du public belge a permis aux ONG faisant partie du Consortium belge pour les situations d’urgence de planifier l’aide à long terme, jusqu’après la phase d’urgence.
Sur le terrain, la situation de la population reste incertaine et la situation d’urgence risque de durer pendant longtemps encore, absorbant beaucoup de budget. Après la saison des pluies, la saison des ouragans est une nouvelle menace pour les survivants du tremblement de terre. Les glissements de terrain qui l’accompagnent généralement hypothèquent la prochaine récolte et rendent indispensable le maintien de l’aide alimentaire.
En fonction des ONG, une moyenne de 31% des fonds récoltés via l’action « Haïti Lavi 12-12 » ont déjà été dépensés pour les actions d’aide d’urgence. Dans les mois qui suivent, ces dépenses continueront sans diminuer. Parallèlement à cela, les ONG et leurs partenaires continuent de travailler à la reconstruction du pays sur base des plans nationaux rédigés en collaboration avec les autorités haïtiennes.

Ci-dessous, vous trouverez l’état actuel des actions des membres du Consortium belge pour les situations d’urgence :

Caritas International
Caritas International, en partenariat avec Caritas Allemagne, a livré du matériel de secours à Haïti pour une valeur totale de 100.000 €. Caritas Allemagne prévoit la construction de 2.500 habitations semi-permanentes dont Caritas International assumera la construction des toits (100.000 € pour Caritas International Belgique sur un budget global de 361.898 €). Ce dernier projet a été quelque peu retardé à cause de la pénurie de terres que connaît la région, à ce jour aucun terrain n’a encore été attribué pour y construire ces maisons.
Caritas International Belgique a mandaté un expert sur place durant trois mois (de février à mi-mai) afin de soutenir la Caritas locale sur le volet « eau et assainissement » (WASH) et pour le soutenir et former notre partenaire local.

Handicap International
Handicap International se trouvait en Haïti au moment de la catastrophe. Passé le premier choc, les équipes se sont rapidement mobilisées pour venir en aide à la population.
Les kinésithérapeutes ont travaillé dans douze hôpitaux de Port-au Prince et son agglomération, et se concentrent désormais dans six hôpitaux, la section belge de Handicap International se concentrant sur l’hôpital de Sarthe. Le travail ne manque pas : certains patients n’ont pas bénéficié de soins immédiatement et ont des complications, d’autres ont dû être amputés dans des conditions difficiles et il faut les opérer à nouveau pour qu’ils puissent recevoir une prothèse une fois le moignon cicatrisé. Ces patients amputés sont progressivement appareillés et à partir de juillet, les appareillages temporaires seront remplacés petit à petit par des prothèses définitives.
Les camions de Handicap International partent de Port-au-Prince, de Cap-Haïtien, de Gonaïves, Jacmel pour acheminer 375 tonnes de matériel par semaine, y compris dans les zones les moins accessibles du pays. Nos logisticiens distribuent aussi du matériel concernant le logement comme des tentes ou du matériel de construction d’abris temporaires. Notre organisation prend également en charge le déblaiement de certaines zones.

Médecins du monde
De mi-janvier à mi-mars, MdM-Belgique a soutenu l’intervention d’urgence de l’ensemble du réseau MdM. Soins immédiats, nutrition et appui logistique ont été les trois secteurs d’intervention initiaux. Depuis la mi-mars, MdM-Belgique a mis toute son énergie au service des femmes enceintes. En effet, 6% des femmes les plus pauvres accouchent dans les centres de santé contre 78% des femmes plus aisées. Le tremblement de terre a causé d’importants dégâts aux maternités et aux écoles de sages-femmes. MdM-Belgique a accompagné le personnel haïtien dans la relance de la maternité de Petit Goâve et soutient la formation continue du personnel de santé des maternités de Miragoane et de Grand Goâve.
Enfin, MdM-Belgique soutient 5 compagnies théâtrales locales qui organisent du théâtre de résilience communautaire dans les camps de Port-au-Prince. L’objectif est de favoriser la catharsis post-traumatique de façon collective et de fournir les informations nécessaires sur l’hygiène et la santé dans les camps.

Oxfam-Solidarité
1,5 million de personnes vivent dans des camps. Avant le séisme, 45% de la population n’avait pas accès à l’eau potable ; 86% vivait dans des bidonvilles ; 83% ne disposait pas de toilettes convenables et moins de la moitié des résidents de Port-au-Prince avaient accès à l’électricité. Actuellement, Oxfam vient en aide à plus de 420.000 personnes en Haïti:

  • Nous fournissons de l’eau potable et des installations sanitaires à plus de 310.000 déplacés de Port-au-Prince, Carrefour, Croix des Bouquets, Corailles, Bainet, Gressier, Petit Goave, Grand Goave, Delmas et Cité Soleil.
  • Nous avons construit plus de 2.200 latrines et dispensé des formations sanitaires à plus de 160.000 personnes. En prévision des ouragans, Oxfam a participé au nettoyage des canaux de drainage.
  • Nous avons fourni des abris d’urgence à plus de 98.000 personnes.
  • Nos kits d’hygiène – savon, shampoing, produits pour l’hygiène buccale, serviettes hygiéniques etc.- sont distribués à près de 120.000 personnes.
  • Oxfam a mis en place des projets de travail qui permettent à 134.000 déplacés de gagner de l’argent en construisant des latrines, en enlevant des immondices, en préparant le matériel pour la distribution, etc.

UNICEF Belgique
L’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires reste un problème. L’UNICEF distribue quotidiennement 6558m3 d’eau à plus de 340 endroits différents. Grâce aux travaux de réfection urgents des systèmes d’approvisionnement en eau, 1,2 millions de personnes ont maintenant accès à 10 litres d’eau par jour à Port-au-Prince. Plus de 11.000 latrines ont été construites. Afin d’éviter des maladies, 102.000 kits d’hygiène ont été distribués. Ce dernier point n’est pas des moindres. Vu l’ampleur de la catastrophe, il est remarquable qu’il n’y ait eu aucune épidémie de maladies infectieuses.
Selon les estimations, 500.000 enfants doivent tout particulièrement être protégés contre les abus et les violences. Depuis le 12 janvier, 2047 enfants non accompagnés ont été identifiés. 337 enfants ont été réunis avec leur famille.

L’UNICEF et ses partenaires veulent donner l’occasion à un plus grand nombre d’enfants d’aller à l’école qu’avant le tremblement de terre. Dans la région touchée par le tremblement de terre, 4992 écoles (c.à.d. 23%) ont été touchées. 1500 professeurs n’ont pas survécu. Le défi est donc énorme. Environ 2300 professeurs et 3000 éducateurs ont reçu une formation. D’ici la fin de l’année, ce nombre devrait augmenter jusqu’à 30.000. 1279 tentes-écoles ont été montées pour donner cours à 155.000 élèves.