menu

Consortium 12-12

Optimaliser les moyens pour une aide rapide et efficace

Actions précédentes

“Derrière les barreaux invisibles de Jail City…”
13/09/2010

“L’histoire que je vais vous raconter est celle de plus d’un million d’enfants de la province de Sindh. L’histoire également de 6 millions de parents, de grands frères, de grandes sœurs… Pour la seule région de Thatta – celle qu’il nous a été donné de visiter ce matin -, c’est l’équivalent de 2 provinces belges qui ont été noyées sous les eaux. Beaucoup ont tout perdu dans la montée des eaux, beaucoup ont attendu une aide qui n’est jamais venue et se sont ensuite mis sur les routes. Ironie du sort. Ici à Thatta, c’est aux abords, et dans l’enceinte même de la prison en construction, que se sont massés les réfugiés. Pas en rang d’oignons. Aux premiers campements improvisés de sont ajoutées des tentes les unes après les autres sur une surface de plusieurs kilomètres carrés. Ils sont aujourd’hui plus de 6.000. On en attend davantage dans les prochains jours. L’endroit répond désormais au nom de Jail City…
La communication n’est pas toujours évidente, mais quelques gestes suffisent à se faire comprendre. La faim est partout. La recherche d’eau potable, un défi pour tous. La chaleur accable : une fine toile de tente, c’est bien peu de choses pour se mettre à l’abri. Même les quelques têtes de bétail arrachées aux flots accusent le coup. LHDP, partenaire d’Oxfam, fait un travail remarquable en traitant les eaux et en les distribuant. L’UNICEF offre un peu de divertissement et arrache un sourire aux enfants du camp, le temps d’un spectacle de marionnette qui enseigne les bonnes pratiques en matière d’hygiène. L’équipe de Médecins du Monde veille elle aussi à ce que les plus vulnérables ne soient pas laissés pour compte… La réponse est donc oui : oui, l’aide et les humanitaires sont là. L’inconnue est : pour combien de temps ?
Impossible de dire pour combien de temps ces enfants vont rester coincés dans ces camps improvisés, combien de temps ils vont errer le long des routes à guetter une aide qui n’arrive pas en quantité suffisante, impossible de dire ce qu’ils vont devenir si elle n’arrive jamais…”